Il y a tant de choses à raconter (Hounalika Achya’a Kathira Kana Youmken An Yatahadath Anha Al Mar’e)

de Omar Amiralay

France, Syrie, vidéo, couleur et N&B, 50’.

Quelques mois avant la mort du dramaturge syrien Saadallah Wannous, son ami Omar Amiralay lui donne la parole. Le film est un témoignage personnel sur ce qu’une génération entière de créateurs et d’intellectuels porte en commun : le conflit israélo-arabe et ses répercussions.

Saadallah Wannous est né en 1941 à Huçayn al-Bahr (près de Tartous) en Syrie. Il a commencé à écrire pour le théâtre après son retour du Caire où il a fait des études à la faculté des lettres. Son œuvre comprend une dizaine de pièces qui ont profondément marqué le théâtre arabe, dont Fête pour le 5 juin, La tête du mamelouk Jâbir, Le roi est le roi... Il a en outre dirigé la revue Al-Hayât al masrahiyya (La Vie du théâtre) publiée à Damas, ainsi que la collection Qadâyâ wa shahâdât (Questions et témoignages) consacrée à la critique de la pensée arabe contemporaine. Deux de ses pièces ont été traduites en français, Miniatures et Rituel pour une métamorphose (1996), ainsi que son récit Une mort éphémère (2001), toutes deux aux éditions Actes Sud.

Conception et réalisation : Omar Amiralay
Image : Etienne de Grammont
Son : Emile Saadé
Production : Films Grain de Sable, ARTE France